Partenaires

IHPC
CNRS
ENS de Lyon Université Blaise Pascal- Clermont-Ferrand
Université Lumières - Lyon 2 Université Jean Monnet - Saint-Etienne


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Références bibliographiques / HAL SHS

HAL SHS

Déposer en ligne

L’archive ouverte HAL-SHS (Hyper Article en Ligne - Sciences de l’Homme et de la Société) se présente comme une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la Recherche dans les disciplines des SHS.

Pourquoi déposer dans HAL-SHS ?

L’archive HAL SHS s’inscrit dans un mouvement international en faveur du libre accès. L’auto-archivage est effectué afin d’optimiser la visibilité, l’accessibilité, la rapidité de diffusion et l’impact des productions déposées.

Fin 2014, la version 3 de HAL a été mise à disposition et propose, entre autre, les évolutions suivantes :

Comment déposer dans HAL-SHS ?

Recommandations

Documentation très complète

Collection IHPC
Le laboratoire a souhaité avoir une collection consultable à l’adresse suivante : http://halshs.archives-ouvertes.fr/...

Contact HALSHS
Valérie Beaugiraud


[hal-01456402] Sermons de Bossuet

[...]

Lire la suite


[halshs-01446648] Correspondance de Pierre Bayle. Tome quatorzième. Décembre 1706-avril 1732. Lettres 1742-1791

Notre dernier volume couvre une période d’une trentaine d’années après le décès de Pierre Bayle et comporte une cinquantaine de lettres échangées entre ses proches – Jacques Basnage, Shaftesbury, Pierre Des Maizeaux, Prosper Marchand, Reinier Leers – sur la publication de ses œuvres. Le philosophe était mort, comme il l’avait prévu, d’une maladie des poumons qui avait déjà emporté ses parents. Indifférent à l’égard de sa mort prochaine, il s’était acharné à rédiger sa réfutation de la théologie rationaliste de Jean Le Clerc et d’Isaac Jaquelot. Sa patience et son humilité, sa douceur et sa volonté féroce de mener à bien son combat philosophique firent l’admiration du petit cercle de ses amis, qui commentent avec admiration la disparition d’un philosophe fidèle à lui-même. L’opportunisme de Leers et son sens des affaires l’incitent à refuser la suggestion de Le Clerc de supprimer les Entretiens de Maxime et de Thémiste: Leers n’allait certainement pas renoncer à une publication aussi audacieuse et aussi redoutable pour l’orthodoxie réformée. De son côté, Des Maizeaux multiplie les projets et se lie avec Prosper Marchand pour recueillir la correspondance du philosophe. Il s’est aussi engagé dans deux projets de traduction du Dictionnaire en anglais, qui aboutissent en 1734 et Des Maizeaux y ajoute la version anglaise de sa biographie sous forme de lettre adressée à un pair d’Angleterre, qui n’est autre que Shaftesbury. Ce premier écrit biographique de Des Maizeaux n’est pas à la hauteur de l’attente de ses lecteurs, d’où sans doute sa prudence et sa lenteur à composer la version française de sa Vie de Mr Bayle, qu’il achève à son rythme et publie enfin dans sa propre édition du Dictionnaire en 1730. Cette fois-ci, il rend justice à l’intensité et à la complexité de la carrière de Bayle sur le plan philosophique, religieux, littéraire, politique et social. Nous suivons ainsi la correspondance des amis de Bayle – et de ses ennemis – jusqu’à la date de la publication de cette version définitive du Dictionnaire et de la Vie de Mr Bayle qui l’accompagne.

Lire la suite


[halshs-01446620] Correspondance de Pierre Bayle. Tome treizième. Janvier 1703-décembre 1706. Lettres 1591-1741

La dernière période de la vie de Bayle est d’une grande intensité intellectuelle et d’une grande fécondité. Grâce au répit conquis au moyen des Eclaircissements, il peut composer son œuvre philosophique la plus accomplie, la Continuation des pensées diverses (1705), accompagnée de la Réponse aux questions d’un Provincial (1704-1707) et suivie par sa réfutation (inachevée mais décisive) de la théologie rationaliste, Entretiens de Maxime et de Thémiste (1707). C’est une période de conflit philosophique et religieux, parfois âpre, contre tous ceux qui élèvent des objections contre les analyses du Dictionnaire: dom Alexis Gaudin et William King, d’abord, Isaac Jaquelot, Jean Le Clerc et Jacques Bernard, ensuite. Bayle tient à réfuter tous les arguments de ses adversaires avec sa précision scrupuleuse habituelle. Pierre Des Maizeaux établi à Londres, lance, avec l’imprimeur Jacob Tonson, le grand projet la traduction anglaise du Dictionnaire. Bayle reste également en relation avec Lord Shaftesbury, qui soutient financièrement Des Maizeaux et John Toland, s’entretient avec Pierre Coste, correspond avec Benjamin Furly et avec son fils Arent ainsi qu’avec Jean Le Clerc. Un véritable ‘sous-réseau’ de correspondance se constitue ainsi entre les anciens amis de John Locke, décédé en 1704. Autre ‘sous-réseau’: celui de l’abbé Dubos, qui compose des pamphlets favorables à la politique étrangère du ministre Colbert de Torcy. La correspondance de Bayle reflète l’actualité politique et militaire. Quelques nouveaux correspondants font leur apparition au cours de cette période. Mathurin Veyssière La Croze, ancien bénédictin devenu bibliothécaire du roi en Prusse à Berlin, apporte une érudition extraordinaire aux informations qu’il fournit à Bayle pour le Supplément du Dictionnaire. Samuel Crell, correcteur d’imprimerie chez Leers, et dont le frère est un protégé de Shaftesbury, fournit une explication très savante du rokosz de Gliniany. Autre correcteur à l’imprimerie de Leers, le ‘chevalier Destournelles’, apparaît dans le cercle des amis intimes de Bayle au cours des toutes dernières années de sa vie. La fin de la vie de Bayle reflète sa carrière intellectuelle tout entière, car il a toujours été d’une curiosité inlassable à l’égard de tous les aspects de la culture de son temps. Il meurt, le 28 décembre 1706 vers 9 heures du matin, quasiment la plume à la main. Sa correspondance reflète parfaitement la lucidité philosophique, l’exaspération polémique, la finesse analytique, l’audace philosophique et l’industrie féconde du philosophe de Rotterdam.

Lire la suite


[hal-01431811] John Frith’s Antithesis of Christes Actes compared to the Popes (1529) in relation to Heinrich von Kettenbach’s Vergleychung

La polémique anti-papale diffusée par John Frith dans son pamphlet publié en 1529 à Anvers fut longtemps considérée comme inspirée directement de Martin Luther. Ce texte est en fait une adaptation d'un pamphlet de Heinrich von Kettenbach, polémiste divulgateur de la pensée de Luther et l'une des figures majeures de la "guerre des pamphlets" qui anima l'espace germanophone entre 1521 et 1525. Cette étude s'attache à présenter comment la pensée luthérienne fut diffusée d'abord dans les territoires germanophones, puis dans l'espace anglophone.

Lire la suite


[halshs-01395857] Dissertation et enseignement de masse à la faculté de Médecine de Lyon

[...]

Lire la suite


[halshs-01386520] Saillance, priorité, ambiguïté: la syntaxe et ses évolutions

[...]

Lire la suite


[halshs-01386515] De la période à la phrase: le témoin lequel

[...]

Lire la suite


[halshs-01386502] Entre fréquence et emploi: continuité et discontinuité du pronom-déterminant lequel à la période classique

[...]

Lire la suite


[halshs-01386466] Pronoms relatifs, ajouts et continuité référentielle: ambiguïtés nouvelles et résolutions anciennes

[...]

Lire la suite


[halshs-01386447] Lequel in chosisomnibus, ou la politisation d'une norme

[...]

Lire la suite